Retour à la liste des articles

Perturbateurs endocriniens : on en parle ?

Je partage

18 Septembre 2020

L'intoxication ne se fait pas uniquement par l'alimentation...

Perturbateurs endocriniens : on en parle ?

Limiter son exposition aux perturbateurs endocriniens est important pour préserver et/ou améliorer son équilibre corporel.

Les polluants chimiques et les perturbateurs endocriniens sont trop ou très fréquents dans notre quotidien. Il est important d’apprendre à les connaître pour changer petit à petit ses habitudes de vie. Bisphénol A, pesticides, parabènes, phtalates, composés perfluorés (PFC), les retardateurs de flammes sont présents dans les aliments et certains contenants alimentaires mais également dans la plupart des cosmétiques, dans les détergents, les vêtements, les meubles et même dans l’électroménager.... les polluants sont partout.

Pourquoi les appelle-t-on perturbateurs endocriniens ?

Quand nous ingérons ou respirons ces substances, ou voire même, qu’elles entrent en contact avec notre peau, elles vont aller mimer les hormones du corps. Imaginez que votre corps soit une grande porte avec une multitude de serrures dont les clés sont les hormones. Et bien les perturbateurs endocriniens miment la forme des clés et vont aller prendre les serrures à la place des hormones corporelles. Ainsi elles vont donc bloquer l’action de nos hormones et mettre le bazar dans le fonctionnement normal du corps.

A ce jour, ces perturbateurs endocriniens sont décriés pour provoquer une baisse de fertilité dans la population, des anomalies de développement des fœtus, de déclencher des pubertés précoces, des cancers hormono-dépendants mais aussi des maladies auto-immunes, chroniques..et...et...et....

Il est donc important d’en prendre conscience et d’essayer d’éviter un maximum l’exposition à ces substances nocives pour la santé.

Comment et quoi éviter ?


  • Tout d’abord dans votre assiette :

Vous éviterez les contenants en plastique, petit à petit favoriser de stocker vos restes alimentaires dans des pots ou boites en verres. Les récipients en plastique dont le triangle de recyclage affiche les chiffres 3,6,7 signale la possible présence de phtalates et de bisphénol A. Dans cette même dynamique, vous éviterez les canettes et les conserves en privilégiant toujours le verre. Vous éviterez le film étirable au contact direct des aliments et ne l’utilisez surtout pas au micro ondes. Pour emballer vos aliments de façon durable, vous pouvez utilisez des bouts de tissus enduits de cire d’abeille, lavables et réutilisables (type bewraps, cirophanes,...ou des faits maison).

J’attire votre attention sur tous les produits issus des fast foods qui sont emballés dans des cartons ou papiers contenant des perturbateurs endocriniens.

Pour les papillotes de légumes, préférez le papier sulfurisé au papier aluminium.

En bref, utilisez des produits les plus bruts possibles que nous offrent la nature, cuisinez les vous-même, ce qui évitera évidemment la présence d’additifs dans votre assiette.
Quand vous acheter des produits « tout fait », vous veillerez à ce que la liste d’ingrédients ressemble à celle d’une recette maison. Plus la liste d’ingrédients est longue, et avec la présence de plus de 2 « E », plus vous devriez laisser le produit en rayon.

Privilégiez les produits biologiques ou sinon bien laver et éplucher tous vos fruits et légumes. (Vous pouvez également les laisser un peu tremper dans une eau au vinaigre blanc avant de bien les rincer.)

  • L’équipement dans la cuisine :

Eviter les bouilloires en plastique en utilisant plutôt des bouilloires inox.
Utilisez des plats en pyrex, en fonte.
Emmenez une tasse en porcelaine au bureau pour éviter d’utiliser des gobelets en plastiques, une gourde en verre, et vos lunchs encore une fois dans des récipients en verre.

Pour la vaisselle, un savon de marseille fait tout à fait l'affaire, vous économiserez le liquide vaisselle.

  • Et pour l’hygiène corporelle ?

Il est souhaitable d’éliminer les lingettes, les laits nettoyants et parfums. On limitera en fait tous les produits cosmétiques contenant des parabènes, des phtalates, des alkyphénol, des éthers de glycol, des filtres UV chimiques, résorcinols, BHA, triclosan, silicones... Toutes ces substances entrent dans la composition des gels douche, des déodorants, des shampoings, des parfums, du maquillage, des colorations pour cheveux, les dentifrices, les crèmes pour le corps, les laits. Encore une fois, plus la liste d’ingrédients est longue plus il faut s’en méfier. On évite également les vernis à ongle au maximum et que dire des colles et toxiques des faux ongles qui ont le vent en poupe...

Donc on va se tourner vers des produits simples comme les savons surgras, un déodorant bio (weleda par exemple ou un réalisé maison avec peu d'ingrédients), du maquillage naturel et biologique, des huiles végétales, des hydrolats pour les nettoyages de peau, de l’argile, du miel, et...  Le tout, le plus bio possible.

Il est bien aussi de toujours laver ses habits neufs avant de les porter et de viser des collections en coton bio.

Utiliser des serviettes lavable ou culotte menstruelle et bannir les tampons et serviettes jetables.

  • Et pour nettoyer la maison ?

C’est toujours la même règle ! pas de produits industriels type désodorisants, de produits insecticides et d’antimites chimiques. Le mieux pour les odeurs est encore d’aérer en grand votre domicile chaque jour au moins 30 minutes. Pour les mouches, la tapette marche bien ! Pour les mites, vous trouverez des boules et produits à base de bois de cèdre tout aussi efficaces. Enfin, pour les moustiques, certaines huiles essentielles sont répulsives comme le géranium rosat, la citronnelle de java...

Pour l’entretien, le vinaigre blanc peut tout faire ou presque dans la maison. Ne multiplier pas les produits et favoriser les produits « nature et progrès » si vous souhaitez en acheter tout de même.

Pour détacher, le savon de Marseille est une valeur sûre, le bicarbonate de soude désodorise et blanchis le linge. La terre de sommière pour les tâches de gras.

Nettoyer très régulièrement les sols et les poussières car les Perturbateurs Endocriniens aiment se déposer dans les poussières. Lavage des sols à l’eau (+- vinaigre blanc) obligatoire !

  • Et si on veut décorer la maison ?

Les peintures, les papiers peints, les colles, les solvants, diffusent de nombreux perturbateurs endocriniens. Ne dormez pas immédiatement dans une pièce après avoir réaliser des travaux et prenez soin d’aérer quelques jours avant de dormir de nouveau dans cette pièce. Bon à savoir : vous pouvez orienter vos choix vers des produits moins polluants classés A+, des peintures à l’écolabel européen ou la norme NF environnement.

Enfin, si vous achetez des meubles en contreplaqué, ceux-ci, de part notamment leurs colles, émettent des composés organiques volatiles pendant plusieurs semaines : il faut donc obligatoirement bien aérer pendant plusieurs semaines la pièce où ils sont entreposés, et ce, d’autant plus si la pièce est destinée à un jeune enfant.

Impact sur l'équilibre corporel

Outres les conséquences nocives énoncées plus haut pouvant être graves, si vous pensez avoir ou être exposé aux polluants et perturbateurs endocriniens, il peut être intéressant de faire le point et d'évoquer une détoxication de ces perturbateurs par une approche d'hygiène hépatique et de l'ensemble des émonctoires (nom que l'on donne aux organes d'élimination en naturopathie). Pour celà, n'hésitez pas à vous faire accompagner pour le faire en toute sécurité.

Conclusion

Vous avez la main sur un certain nombre de choses de votre environnement et sur votre consommation quotidienne de produits. Soyez vigilants, préservez vous et préservez vos proches. Prenez soin de vous !


Praticienne en Naturopathie et Réflexologie
Créatrice culinaire
Cabinet Mes Clés Naturo
07 66 83 38 41
Consultations au cabinet ou à distance par téléconsultations
4 boulevard de Chinon
37510 Ballan-Miré
A proximité immédiate de Tours - Grand Parking gratuit.

Veuillez noter que les techniques et informations présentées sur ce site sont non médicales.
N'oubliez pas qu'en cas de pathologie ou trouble mental, il est absolument nécessaire d'être suivi par le corps médical.

x

Le cabinet reste ouvert pendant le confinement (autorisation préfectorale).

Vous pouvez prendre rendez vous par doctolib ou au 07 66 83 38 41.